News sur les vaccins

Les études publiées sur les premiers résultats sont rapportées ici par ordre chronologique.

 

 

Virus complet inactivé. 13 Août 2020

Xia et al. Effect of an Inactivated Vaccine Against SARS-CoV-2 on Safety and Immunogenicity Outcomes. Interim Analysis of 2 Randomized Clinical Trials. JAMA2020

L’objectif de cette étude était d’évaluer la sécurité et l'immunogénicité d'un vaccin expérimental à virus entier (prélevé sur un malade à Wuhan) inactivé par traitement à la b-propiolactone, une technique déjà utilisée pour divers virus enveloppés dont le H3N2. Deux essais cliniques de phase 1 et 2 ont été randomisés en double aveugle et contrôlés par placebo, et conduits dans la province du Henan Chine, sur des adultes en bonne santé âgés de 18 à 59 ans, à partir du 12 avril 2020. L'analyse intermédiaire a été réalisée le 16 juin 2020 et mise à jour le 27 juillet 2020.

Dans l'essai de phase 1, 96 participants ont été répartis en 3 groupes de doses (2,5, 5 et 10 μg/dose) et un groupe d'adjuvants à base d'hydroxyde d'aluminium (alun) (n = 24 dans chaque groupe). Chaque participant a reçu 3 injections intramusculaires aux jours 0, 28 et 56.

Dans l’essai de phase 2, 224 adultes ont été répartis dans 2 groupes, chaque participant recevant une injection de 5 μg, les jours 0 et 14 pour le groupe 1 (n = 84) contre alun seulement (n = 28), et les jours 0 et 21 (n = 84) contre alun seulement (n = 28) pour le groupe 2.

Les 320 participants (âge moyen, 42,8 ans ; 200 femmes), ont tous terminé l'étude jusqu'à 28 jours après la vaccination complète. Le critère principal d’évaluation en matière de sécurité (phase 1) était l’observation des effets indésirables 7 jours après chaque injection, et le critère principal d’évaluation en matière d’immunogénicité (phase 2) était la production d’anticorps neutralisant 14 jours après la vaccination complète.

Dans l’essai de phase 1, des effets indésirables (douleur au point d’injection, fièvre légère, mais aucun effet sévère) sont survenus chez 3/24 participants du groupe placebo, 5/24 participants du groupe 2,5 μg/dose, 4/24 participants du groupe 5 μg/dose, et 6 :24 participants du groupe 10 μg/dose.

La moyenne géométrique des titres d'anticorps neutralisants dans les groupes 2,5, 5 et 10 μg/dose était de 316, 206 et 297, respectivement, chez les participants de l’essai de phase 1, et de 121 et 247 au 14e jour après la deuxième injection chez les participants de l’essai de phase 2 recevant le vaccin aux jours 0 et 14 et aux jours 0 et 21, respectivement. Aucune réponse anticorps n'a été détectée dans tous les groupes placebo.

En conclusion de cette étude intermédiaire pratiquée sur un vaccin à base de SARS-CoV-2 complet inactivé, les participants ont présenté un faible taux de réactions indésirables et les résultats ont montré une immunogénicité significative. Une confirmation finale de l’efficacité du vaccin et de ses effets indésirables à long terme nécessitera des essais de phase 3 (Identificateur du registre chinois des essais cliniques : ChiCTR2000031809).

 

SPOUTNIK-V. 10 Août 2020

C’est une annonce qui frappe le monde et qui rappelle les premières heures de la conquête spatiale. Le 10 Août 2020, le président Vladimir Poutine annonçait triomphalement que la Russie était parvenue à développer le premier vaccin efficace contre le Sars-Cov-2. « Ce matin, pour la première fois au monde, un vaccin contre le nouveau coronavirus a été enregistré (…) je sais qu'il est assez efficace, qu'il donne une immunité durable ». Pour témoigner de son efficacité, le président russe a ajouté que le vaccin avait passé avec succès l'intégralité des tests nécessaires, et qu'une de ses deux filles avait déjà été vaccinée. Une nouvelle qui soulèvera à coup sûr beaucoup d’interrogations dans les jours à venir. (CH, JIM).

Ce vaccin, vectorisé par adénovirus humain (Ad5) recombinant exprimant la protéine virale S, est similaire à celui développé par la compagnie chinoise CansinoBiologics (voir ci-dessous),  Aucun résultat sur ce vaccin n'a encore été publié.

 

BNT162b1. 20 Juillet 2020

Sahin et al. Concurrent human antibody and TH1 type T-cell responses elicited by a COVID-19 RNA vaccine. MedRxiv 2020

Récemment, des données préliminaires sur le candidat vaccin BNT162b1, un ARN messager modifié codant pour le domaine de liaison au récepteur de la protéine S du SARS-CoV-2 formulé dans des nanoparticules lipidiques (voir sur ce site ICI)  et développé par BioNtech, Mainz Allemagne et Pfizer, Hurley, Royaume Uni., ont été présentées sur cette page le 1er Juillet 2020 (voir plus bas sur cette page, Mulligan et al. MedRxiv 2020). La réponse immunitaire (anticorps et lymphocytes T cytotoxiques) après vaccination avec le BNT162b1 dans un deuxième essai ouvert non randomisé de phase 1/2 chez des adultes en bonne santé, âgés de 18 à 55 ans est présentée ici. Deux doses (1 et 50 μg) de BNT162b1 ont provoqué de fortes productions de cellules T cytotoxiques CD4+ et CD8+, et d’anticorps anti-protéine S avec des concentrations d'IgG nettement supérieures à celles présentes dans un panel de sérums humains de convalescence. La plupart des participants présentait des réponses immunitaires cellulaires (lymphocytes T cytotoxiques CD8+ et CD4+ spécifiques) de type TH1, avec production d’interféron γ dans une proportion élevée de ces cellules. Le vaccin BNT162b1 induit de multiples mécanismes bénéfiques susceptibles de protéger contre la COVID-19.

 

ChAdOx1 nCoV-19 ou AZD1222. 20 Juillet 2020

Folegatti et al. Safety and immunogenicity of the ChAdOx1 nCoV-19 vaccine against SARS-CoV-2: a preliminary report of a phase 1/2, single-blind, randomised controlled trial. Lancet 2020

Ces auteurs ont réalisé un essai contrôlé randomisé en simple aveugle de phase 1/2 sur cinq sites d'essai au Royaume-Uni avec le candidat vaccin ChAdOx1 nCoV-19 ou également connu sous la dénomination  AZD1222 (voir sur ce site ICI). Il s'agit d'un adénovirus de Chimpanzé recombinant exprimant la protéine S du SARS-CoV-2, développé dans le cadre d’un consortium comprenant, l’Institut Jenner d’Oxford, l’Université d’Oxford, le BARDA (Biomedical Advanced Research and Development Authority), et AstraZeneca. Dans le groupe contrôle les personnes recevaient un vaccin anti-méningococcique conjugué (MenACWY). Des adultes en bonne santé, âgés de 18 à 55 ans ont été assignés au hasard (1:1) dans les groupes recevant le vaccin à une dose de 5 × 10¹⁰ particules virales ou le MenACWY en une seule injection intramusculaire. Un amendement au protocole dans deux des cinq sites a permis l'administration de paracétamol prophylactique avant la vaccination.

Entre le 23 avril et le 21 mai 2020, 1077 participants ont été inscrits et assignés à recevoir soit le ChAdOx1 nCoV-19 (n=543), soit le MenACWY (n=534). Les réactions locales et systémiques étaient plus fréquentes dans le groupe ChAdOx1 nCoV-19 et beaucoup ont été réduites par l'utilisation de paracétamol prophylactique, notamment les douleurs, sensations de fièvre, frissons, maux de tête, et malaise. Aucun événement indésirable grave lié au ChAdOx1 nCoV-19 n'a été constaté.

Le niveau des lymphocytes T cytotoxiques spécifiques de la protéine S du SARS-CoV-2 a atteint un maximum au 14e jour après vaccination. Le niveau des IgG anti-protéine S a augmenté au 28e jour et a été renforcés après une deuxième dose de vaccin. Les anticorps neutralisants contre le SARS-CoV-2 ont été détectés chez 91 à 100% des personnes vaccinées. Après une dose de rappel, tous les participants présentaient des anticorps neutralisants.

Ces résultats montrent que le ChAdOx1 nCoV-19 présente un profil de sécurité acceptable et permet l'induction de réponses immunitaires humorales (IgG) et cellulaires (lymphocytes T) satisfaisantes. Un programme de phase 3 est en cours (ClinicalTrials.gov, NCT04324606).


Ad5-nCoV. 20 Juillet 2020

Zhu et al. Safety, tolerability, and immunogenicity of a recombinant adenovirus type-5 vectored COVID-19 vaccine: a dose-escalation, open-label, non-randomised, first-in-human trial. Lancet 2020

Cette étude fait suite à celle publiée sur cette page le 22 Mai 2020.

Cet essai de phase 2 randomisé en double aveugle et contrôlé par placebo du vaccin anti-COVID-19, Ad5-nCoV un adénovirus 5 humain recombinant exprimant la protéine S du SARS-CoV-2, développé par l'Institut de Biotechnologie de Pékin et CanSino Biologics Inc. (voir sur ce site ICI) a été réalisé dans un seul centre à Wuhan Chine, afin de déterminer son efficacité en dose unique.  Des adultes en bonne santé, âgés de 18 ans ou plus, séronégatifs pour le SARS-CoV-2, ont été sélectionnés pour cet essai et ont été répartis au hasard pour recevoir une seule injection du vaccin en intramusculaire dans le bras, à une dose de 10¹¹ particules virales par ml, ou 5 × 10¹⁰ particules virales par ml, ou le placebo.

Entre le 11 et le 16 avril 2020, 508 volontaires éligibles ont été recrutés (50% d'hommes ; âge moyen 39,7 ans) et ont accepté de participer à l'essai : 253 recevant le vaccin à la dose de 10¹¹ particules virales, 129 recevant le vaccin à la dose de 5 × 10¹⁰ particules virales, et 126 recevant le placebo.

Dans les deux groupes recevant le vaccin, le niveau des anticorps spécifiques à la protéine S (son domaine de liaison au récepteur) a atteint un pic au 28eme jour avec un taux de séroconversion de 96 % à 97 %. Les deux doses du vaccin ont induit des réponses significatives d'anticorps neutralisants et la production d’interféron γ chez 90 % (dose 10¹¹) et 88% (dose 5 × 10¹⁰) des personnes vaccinées.

Des effets indésirables ont été signalés chez 72 à 74 % des personnes vaccinées, mais aucune réaction indésirable grave n'a été documentée.

Ce vaccin est sûr et induit des réponses immunitaires importantes dans la majorité des cas après une seule immunisation (ClinicalTrials.gov, NCT04341389).

 

ARNm-1273. 14 Juillet 2020

Jackson et al. An mRNA Vaccine against SARS-CoV-2 - Preliminary Report. New England J Med 2020

ARNm-1273 est un ARN messager modifié, encapsulé dans des nanoparticules lipidiques exprimant la protéine S du SARS-CoV-2 développé par le National Institut des allergies et des maladies infectieuses (NIAID) en collaboration avec la firme américaine Moderna (voir sur ce site ICI).

Dans un essai ouvert de phase 1 à doses croissantes, 45 adultes en bonne santé de 18 à 55 ans ont reçu deux administrations à 28 jours d'intervalle, avec l'ARNm-1273 à la dose de 25 μg, 100 μg, ou 250 μg. Chaque groupe de doses comptait 15 participants.

Après la première vaccination, le taux des anticorps  anti-protéine S augmentait avec la dose de vaccin administrée, et après la deuxième vaccination, les taux avaient encore augmenté de même que la présence d'anticorps neutralisants atteignant des niveaux similaires à ceux obtenues avec un panel d'échantillons de sérums de convalescence.

Les événements indésirables qui se sont produits chez plus de la moitié des participants, étaient : fatigue, frissons, maux de tête, myalgie, et douleur au point d'injection. Ces effets indésirables étaient plus fréquents après la deuxième vaccination, en particulier avec la dose la plus élevée, et trois participants (21 %) dans le groupe de dose 250 μg ont signalé un ou plusieurs événements indésirables graves.

Le vaccin ARNm-1273 induit des réponses immunitaires anti-SARS-CoV-2 chez tous les participants, et aucun problème de sécurité limitant les essais n'a été identifié. Ces conclusions encouragent à la poursuite du développement de ce vaccin (ClinicalTrials.gov, NCT04283461).

 

BNT162b1. 1 Juillet 2020

Mulligan et al. Phase 1/2 Study to Describe the Safety and Immunogenicity of a COVID-19 RNA Vaccine Candidate (BNT162b1) in Adults 18 to 55 Years of Age: Interim Report. MedRxiv 2020

BNT162b1 est un candidat vaccin à ARN (voir sur ce site : La course aux vaccins) développé par BioNtech, Mainz Allemagne et Pfizer, Hurley, Royaume Uni. L’ARN codant pour le domaine de liaison au récepteur de la protéine S (Skype) du SARS-CoV-2 est formulé dans des nanoparticules lipidiques et administré par voie intramusculaire.

Dans un article posté sur la plateforme MedRxiv le 1er Juillet dernier, les auteurs présentent une étude de phase 1/2, randomisée, contrôlée par placebo, en double aveugle sur la tolérance et l’immunogénicité du BNT162b1 chez 45 adultes volontaires (hommes et femmes) en bonne santé, âgés de 18 à 55 ans. Quatre groupes de volontaires ont été étudiés : 12 traités aux jours 1 et 21 par BNT162b1 à la dose de 10 μg, 12 traités aux jours 1 et 21 à la dose de 30 μg, 12 traités au jour 1 uniquement à la dose de 100 μg et 9 recevant le placebo. Les résultats ont été comparés à ceux obtenus sur un panel de sérums humains de convalescence (issus de patients du COVID-19 ayant survécu à l’infection).

 

Resultats bnt162b1

Niveau des IgG (anticorps) dirigés contre le domaine de liaison de la protéine S du SARS-CoV-2 au récepteur en fonction du temps du jour 1 (début du traitement) aux jours 7, 21, 28 et 35 après début du traitement (échelle logarithmique).

P : niveau des anticorps chez les volontaires traités par le placebo. HCS : niveau des anticorps dans le panel des sérums de convalescents. Les nombres figurant au-dessus des différentes barres du diagramme indiquent le niveau moyen des IgG chez les volontaires traités par le vaccin, par le placebo (P) ou dans lérum de convascents (HCS). Les flèches noires indiquent les jours où le vaccin a été administré. On peut voir le niveau élevé des IgG, notamment chez les personnes traitées avec la dose de 30 μg au jour 28 (27872 contre 602 chez les convalescents). 

Mulligan et al. MedRxiv 2020.

 

Les réactions locales et les événements systémiques, généralement légers à modérés, et transitoires, ont été proportionnels à la dose de vaccin administrée. Une et deux semaines après la deuxième administration du vaccin (J28 et J35 ; doses 10 et 30 μg) ou après l’administration de la dose unique de 100 μg, le niveau des anticorps neutralisants était supérieur de 1,8 à 2,8 fois à celui observé dans un panel de sérums humains convalescents du COVID-19, tandis que le niveau des IgG (anticorps) était de 8 à 50 fois supérieur à celui observé dans ce même panel de sérums humains convalescents. Ces résultats très encourageants conduisent à poursuivre l’évaluation de ce candidat vaccin à ARNm à une plus large population.

 

Ad5-nCoV. 22 Mai 2020

Zhu et al. Safety, tolerability, and immunogenicity of a recombinant adenovirus type-5 vectored COVID-19 vaccine: a dose-escalation, open-label, non-randomised, first-in-human trial. The Lancet 2020.

Un vaccin à adénovirus a été développé dans le cadre du programme national de R&D de la Chine, du grand projet national de science et de technologie par CanSino Biologics. Il s’agit d’un adénovirus recombinant humain de type 5 (Ad5) exprimant la protéine S (Spyke) d'une souche de SARS-CoV-2 (voir sur ce site : La course aux vaccins).

Les auteurs publient un essai de phase 1 à doses croissantes, monocentrique, ouvert, non randomisé, sur 108 adultes de 18 à 60 ans en bonne santé, réalisé à Wuhan, Chine. Les volontaires (51% d’hommes) ont été répartis en 3 groupes de 36 recevant chacun une dose de vaccin (5 × 10¹⁰, 1 × 10¹¹ ou 1,5 × 10¹¹ particules virales) par voie intramusculaire. Le critère principal d’évaluation était l’observation des effets indésirables évalués entre 7 et 28 jours après vaccination. Les anticorps spécifiques ont été mesurés par ELISA, et les réponses des anticorps neutralisants induits par la vaccination ont été détectés à l'aide de tests de neutralisation du virus. Les réponses des lymphocytes T cytotoxiques ont été évaluées par des tests immuno-enzymatiques et par cytométrie de flux. Cette étude a été enregistrée sur le ClinicalTrials.gov, code NCT04313127.

La plupart des effets indésirables signalés (douleur, fièvre, fatigue, maux de tête) dans les différents groupes (entre 75 et 83%) étaient légers ou de gravité modérée. Aucun événement indésirable grave n'a été constaté dans les 28 jours suivant la vaccination. Les anticorps contre la protéine virale S (domaine de liaison au récepteur) et les anticorps neutralisants ont augmenté de manière significative au 14e jour, et ont atteint un pic 28 jours après vaccination. Le niveau des lymphocytes T cytotoxiques spécifiques CD4+ et CD8+ a atteint son point culminant au 14e jour après vaccination.

En conclusion, ce vaccin anti-COVID-19 vectorisé par l'Ad5 est tolérable et immunogène 28 jours après vaccination et les résultats justifient une étude plus approfondie.

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (1)

Hervé
  • 1. Hervé | 16/08/2020
Excellent résumé, et merci pour ces informations qui restent hors de notre portée. Il semble donc que doucement des solutions
se dessinent.

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 16/08/2020